Get Adobe Flash player
Home Le service Starter

Service Starter du foyer La Bienvenue :

Le service

services du foyer la bienvenue

Nombre de places : 8 garçons

Mixité : Garçons

Durée d'accueil : 3 mois

Jeunes concernés :
Garçons en difficultés sociales et familiales.
Mineurs isolés

Contact - Info :

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
(Responsable du service Starter)

Objectifs

objectifs des services du foyer la bienvenue

L'objectif est de donner un nouveau départ ( Starter ) au  jeune en identifiant l'orientation la plus bénéfique et la mieux adapté à son projet personnel.

Il s'agit d'utiliser le temps d'accueil pour permettre la mise en place d'un projet adapté aux besoins et attentes du jeune.

L'accompagnement du jeune est assuré par le service en partenariat avec l'éducateur référent de l'ASE ou de la PJJ. En fait, l'équipe de La Bienvenue et l'éducateur référent unissent leurs actions pour trouver une solution satisfaisante débouchant sur un projet au long cours.

Fonctionnement
fonctionnement du service du foyer la bienvenue

Le jeune est hébergé en chambre individuelle dans un Foyer de Jeunes Travailleurs, situé à Paris ou proche banlieue.

Pendant la journée il est présent à la permanence éducative (Paris 18ème). Le matin est réservé aux ateliers scolaires individualisés et démarches extérieures. Le déjeuner est préparé par un cuisinier et pris avec les éducateurs. L'après-midi est consacré aux activités culturelles et de socialisation : visites, ateliers, sport et rendez-vous avec le psychologue.

Plan d'accès
plan d'acces service du foyer la bienvenue

Adresse :
3 Rue Jean François Lépine
75018 Paris

Voir le plan

Les chroniques du service

Starter : L’accompagnement éducatif au FJT (Décembre 2013)

Nous sommes quatre éducateurs à intervenir auprès des jeunes hébergés dans les FJT à Paris.

Une fois par semaine chaque éducateur rend visite à un jeune et évalue avec lui son degré d’autonomie dans tous les actes de la vie quotidienne : courses, gestion du budget, ménage, cuisine… Il peut nous arriver de l’accompagner à l’extérieur afin de l’aider à s’orienter dans le quartier, et à gérer plus efficacement son budget en repérant par exemple les magasins les moins chers.

Très souvent, les tâches quotidiennes sont l’occasion de discussions plus personnelles. La notion de ménage peut être abordée sous différents angles notamment culturels. Par exemple : H., jeune Bangladais, avait une façon déroutante à nos yeux de nettoyer sa chambre : il la lavait à grande eau, « tel un rituel, nous disait-il, pour la purifier ».

Notre rôle consiste également à leur apporter un soutien à l’apprentissage du français ou à les aider à faire leurs devoirs.

Il s’agit d’un temps d’échanges où peuvent émerger des questions ou des confidences sur leur situation singulière (mal-être, souvenirs personnels, inquiétude sur l’avenir…). Par son écoute, l’éducateur apporte un soutien moral. Dans le cadre de l’accueil conventionné, nous travaillons en partenariat avec les équipes des FJT.

Nous les rencontrons régulièrement dans le souci de recueillir leurs observations sur les jeunes. Cela nous aide à préciser nos propres évaluations. Certains jeunes souffrant de solitude, nous les incitons à participer aux animations proposées par l’équipe du FJT.

Bien souvent, nous sommes satisfaits de constater que certains jeunes plutôt discrets à leur arrivée au service, se sont épanouis au foyer lors des animations organisées par l’équipe. Ces espaces sont une occasion de tisser d’autres liens et constituent un terrain favorable à leur socialisation.

Sophie Benoist, Anissa Kartit, Thirida Kéo et Christophe Patris - Éducateurs

L’admission d’un jeune au FJT (Décembre 2013)

Ce soir, j’ai rendez-vous avec D. Il a déjà eu un entretien d’admission avec la Chef de Service. Je connais son nom et quelques éléments de son dossier. Nous faisons connaissance au service avant d’effectuer ensemble le trajet jusqu’au foyer où il élira domicile durant les six prochains mois de sa prise en charge. Il nous faut effectivement s’assurer qu’il saura se repérer pour revenir seul rue Jean-François Lépine, le lendemain !

Sur le trajet, je m’aperçois rapidement qu’il comprend très peu le français. Il est chargé de sacs et de valises, nous transportons avec effort ce qu’il dit être « toute sa vie » le long des couloirs de métros et RER pour enfin être reçus par le responsable des accueils conventionnés du FJT.

Nous faisons appel à un service d’interprétariat par téléphone afin que le jeune comprenne les éléments importants du règlement (horaires, visites autorisées, rendez-vous obligatoires avec le directeur, animations sur inscription…).

Nous visitons alors l’ensemble du foyer et je présente D. à l’équipe d’animateurs.

Je lui présente également les quatre autres jeunes de La Bienvenue et en charge un de le guider pour venir à Starter le lendemain. Ce relais installé entre un « ancien » et le nouveau jeune accueilli favorise la transmission et permet de valoriser chacun.

Nous finissons par entrer dans sa chambre pour y effectuer un état des lieux. D. écarquille ses yeux devant ce qui lui semble tant de confort et me remercie pour la énième fois. Je lui laisse le soin de ranger seul ses affaires durant la fin de la soirée afin qu’il s’approprie son nouvel espace. Il reste juste le temps d’aller au supermarché du quartier pour acheter le dîner de ce soir et le petit déjeuner.

En espérant le voir arriver à bon port le lendemain matin, je lui souhaite « bonne installation ! »

Thirida KEO, Éducatrice

Une visite au FJT (Décembre 2013)

Ce soir, je visite S. au FJT de Nation où il occupe une chambre individuelle toute équipée. Il m’ouvre sa porte à travers un nuage de fumée et je suis vite envahie par l’odeur de brûlé mais il m’accueille avec un grand sourire, fier de cuisiner de « vraies » frites avec des pommes de terre achetées au supermarché. Je le félicite pour sa préparation tout en lui donnant quelques conseils.

S. avoue ne pas savoir cuisiner mais souhaite apprendre et découvrir plein de recettes. Enthousiaste, il ouvre son frigo rempli à bloc d’où dégringolent trois oignons et deux tomates ! Les aliments sont placés de façon anarchique, certains déjà déballés posés à même la grille, de la viande dépassant du film protecteur. Bref, il y a du travail !

Nous commençons par vider le frigo et trier les aliments. S. ne se laisse pas décourager et dans un élan effectue un grand nettoyage pour finalement tout ranger à nouveau. Nous en profitons aussi pour établir des menus avec ce qui lui reste pour la semaine.

Nous consacrons le reste du temps à consulter des recettes simples et équilibrées sur internet. S. est séduit par la présentation des plats colorés. Je lui propose de venir goûter à l’une de ses préparations un prochain soir. Au moment de nous quitter, il paraît ravi et plus confiant sur ses capacités !

Sophie Benoist Gally, Éducatrice

Le temps scolaire (Mars 2012)

Le temps scolaire, chaque matin de la semaine, revêt une importance toute particulière pour les jeunes que nous accueillons, l’apprentissage et la maîtrise de la langue étant une clé d’ouverture pour leur avenir (entrée dans une formation et obtention d’une carte de séjour).

La prise en charge de ce temps nécessite beaucoup de souplesse et d’adaptabilité. En effet, les niveaux des jeunes sont très variés et imposent un suivi par petits groupes, voire parfois individuel. Les disparités de niveau étant grandes, l’éducateur se doit d’être attentif aux besoins de chacun tout en maintenant une cohésion de groupe. Le défi se situe également dans le rapport que les jeunes entretiennent avec le scolaire. Pour tous, il s’agit d’un redémarrage après quelques années d’arrêt de la scolarité et pour la plupart d’un commencement d’apprentissage de la langue française. L’été dernier, un jeune me disait au cours de l’élaboration de son projet personnalisé : « Pour moi, ce temps à La Bienvenue est avant tout une remise en route de la machine ». Il s’agit, en effet, pour beaucoup de retrouver un rythme, une capacité à mobiliser son attention et à fournir des efforts.

L’avenir incertain, la dureté du parcours de migration et/ou une problématique familiale lourde peuvent être autant de poids qui freinent, parfois sérieusement, l’apprentissage et l’investissement du jeune.

Les éducateurs doivent aussi faire preuve de créativité afin de rendre l’enseignement à la fois clair, intéressant et le plus concret possible. Par exemple, pour ceux qui débutent complètement l’apprentissage du français, nous n’utilisons pas une méthode en particulier mais nous partons en priorité de tout ce qui concerne le jeune dans son quotidien : ses relations, sa chambre, les repas, les activités à La Bienvenue…

Des bénévoles réguliers viennent nous apporter une aide conséquente dans ce temps d’accompagnement scolaire. Le jeune a, de ce fait, l’occasion de bénéficier d’une approche différente.

Ainsi, en l’espace de quelques mois, les jeunes améliorent considérablement leur niveau de français. Cela nous donne beaucoup de joie et, à plus forte raison, aux jeunes qui sont heureux de pouvoir communiquer, écrire correctement ou encore accéder à une formation professionnelle si importante à leurs yeux.

David Oudjaoudi, Éducateur spécialisé

A la découverte des métiers(Mars 2012)

Les adolescents accueillis au Service Starter ont chacun parcouru un long chemin avec un objectif commun : réussir en France.

Cette réussite leur apparaît rapidement plus difficile qu’ils ne l’avaient imaginée. Après un apprentissage de la langue française, qui est déjà une rude épreuve, ils doivent se confronter à un choix primordial, celui d’un métier. Il devra à la fois être accessible par une formation à leur portée, avoir de réels débouchés sur le marché du travail et leur plaire. Ce choix recoupe les questions du besoin et du désir. Le besoin est clair pour eux, ils doivent travailler pour gagner de l’argent, être inséré et ainsi obtenir des papiers. En revanche, ces jeunes ont souvent beaucoup de difficultés à exprimer leurs propres désirs.

Il est donc important d’aller avec eux à la rencontre de professionnels. Nous organisons une « Découverte des métiers », pouvant prendre différentes formes :
• Il s’agit tout d’abord de visites d’entreprises qui se prêtent au jeu et nous reçoivent dans une volonté de transmission. Nous avons pu, par exemple, les accompagner dans une boulangerie. Cela leur a permis de se familiariser avec un vocabulaire jusqu’alors inconnu. Ils ont pu poser des questions, comprendre la fabrication du pain et aussi les conditions de travail. Puis, la visite se conclut par une dégustation !
• Cela peut aussi être une séance d’information dans nos locaux sous forme de cours interactifs. Cela permet de répondre à leurs questions sur les différents métiers. Nous leur présentons également des sites internet comme celui de l’Onisep qui propose des fiches métiers.

Nous espérons que leur orientation, en accord avec leur désir et leurs compétences, pourra à terme les amener vers une forme d’épanouissement personnel.

Céline Teixeira de Freitas, Éducatrice spécialisée

 


Foyer éducatif - Accueil diversifié La bienvenue. Création-hébergement SARL Creation Site internet Montpellier referencement google MontpellierRCS Montpellier B 451 144 968 00018